Associations 21 a reçu une invitation de la Ministre Zakia Khattabi à répondre avant le 25 novembre 2022 à une consultation en vue de la Conférence Nationale pour la Transition Juste. Voici quelques éléments de contexte fournis par le Cabinet, pour vous permettre d’apporter votre pierre à l’édifice, et un rendez-vous le 17 novembre !

Le concept de transition juste

Depuis plusieurs années, le terme de transition juste s’est frayé un chemin dans différentes instances internationales afin d’appeler à prendre en compte les impacts sociaux de la transition écologique.

En 2015, l’OIT – Organisation Internationale du Travail publie les principes directeurs pour une transition juste, édictés au travers d’un dialogue tripartite.

La même année, le préambule de l’Accord de Paris mentionne l’impératif d’atteindre les objectifs fixés en tenant compte d’une transition juste.

Plus récemment, le principe de “leave no one behind” est érigé comme l’un des piliers du Green Deal (Pacte vert) européen. Celui-ci, via le « Just Transition Mechanism » prévoit un soutien financier aux régions fortement dépendantes des énergies fossiles et touchées par la transition sur un plan socio-économique. Condition sine qua non de la réussite du Pacte Vert : sa mise en oeuvre ne peut se faire au détriment des plus vulnérables. En 2024,  la transition juste sera le thème de la Présidence Belge de la Commission Européenne.

La transition juste est un concept large. Fondamentalement, elle traduit l’objectif de ne laisser personne sur le bord du chemin dans la mise en oeuvre de la transition écologique.

Cela implique une réflexion sur l’accompagnement des secteurs et des populations les plus exposés à la transition écologique, afin de garantir une répartition équitable des risques, coûts, gains et opportunités liés à celle-ci.

En Belgique

Transition JusteLa Belgique est confrontée à des défis économiques, sociaux et environnementaux majeurs, qui requièrent une transition fondamentale vers une société décarbonée, résiliente et durable. Ces défis impactent tant les pouvoirs publics que les citoyens, les associations, les syndicats et les entreprises. Ils se matérialisent aussi déjà par des conséquences concrètes sur la vie des Belges (inondations, canicules, sécheresses, prix de l’énergie et des matières, etc.)

L’abandon accéléré des combustibles fossiles générera des pertes brutes d’emploi, la disparition de certaines activités économiques, et pourrait entraîner des instabilités financières. Ces conséquences doivent être anticipées et gérées collectivement.

Un processus en 3 phases piloté par l’Etat fédéral

1ère phase: haut comité pour la transition juste

Le Haut Comité a été nommé par Ministre Zakia Khattabi en mai 2022. Sa mission: préparer un rapport pour répondre à la question suivante : comment organiser et institutionnaliser une transition juste en Belgique ? En vue de la Conférence Nationale (phase 3), il s’agit de clarifier, pour les décideurs politiques et les acteurs de la société civile, quels sont les principaux défis en Belgique et comment nous devons travailler pour garantir que nous construisons une société qui fonctionne dans les limites de la planète et qui ne laisse personne de côté pendant cette transition. Le Haut Comité continuera d’exister après la remise du rapport et présentera celui-ci lors de la Conférence Nationale. Il pourra également être sollicité par la suite, pour des conseils sur des questions spécifiques dans le contexte de la transition juste.

2ème phase: forum pour la transition juste

  1. Consultation: entre le 26 septembre 2022 et le 25 novembre: l’acteurs de la société civile sont invités à envoyer leurs contributions sur les risques et opportunités liés à la transition écologique, pour les intérêts défendus par les uns et les autres.
  2. En février 2023, des tables rondes seront organisées sur les principaux défis de la transition juste. Objectif: réunir les acteurs de la société civile pour échanger, apprendre les uns des autres et explorer les points de consensus et de désaccord pour des politiques de transition justes. L’analyse des réponses au questionnaire et des tables rondes sera intégrée dans un rapport en vue de la conférence nationale.

3ème phase: Conférence nationale pour la transition juste

Son démarrage est prévu en avril ou mai 2023. Elle durera plusieurs mois et comprendra plusieurs moments de rencontre.

Une seule contribution est attendue d’Associations 21

En tant que coupole d’associations francophones pour le développement durable, Associations 21 vous invite à  coconstruire une contribution commune, via ce questionnaire.

Pour nous y préparer, RV le jeudi 17 novembre à 9h pour un Petit déjeuner thématique Transition Juste en visio!